Mon Métier en Vrai : « Moi, c’est Max et je suis développeur »

Mon Métier en Vrai : « Moi, c’est Max et je suis développeur »

Entre ses parents qui l’imaginent dans un mauvais remake de Matrix ou Mr Robot, sa grand-mère qui l’appelle dès que son micro-ondes est en panne ou ses potes qui le traitent de sale geek, Max le développeur a parfois bien du mal à déconstruire les clichés sur son job et à expliquer son boulot au quotidien. Sans parler de son patron qui pense qu’il suffit d’appuyer sur deux-trois touches pour changer intégralement la page d’accueil du site…


Zoom sur le Développeur

Le développeur (source) est le professionnel des langages informatiques. Après avoir analysé les besoins des utilisateurs, il construit des programmes sur mesure et rédige aussi les notices d’utilisation.


Fonctions

Analyser les besoins

Lors de la phase de conception, le développeur informatique analyse le projet qui lui est confié, en fonction des besoins des utilisateurs, consignés dans un cahier des charges. Il étudie les étapes de fonctionnement du programme, puis détermine une solution technique avant de créer un prototype de la future application.

Écrire un programme informatique

Ce spécialiste du développement peut se charger de l’écriture d’une ou plusieurs parties d’un programme, voire le concevoir dans sa totalité. Ensuite, il participe aux phases d’essai, essentielles pour tester les applications.

Apporter un soutien technique

Il réalise les notices techniques d’installation, ainsi que les guides pour les utilisateurs. Il est parfois amené à leur apporter un soutien technique ou à les former. En l’absence de technicien de maintenance en informatique, il peut assurer lui-même le suivi de son produit.


Qualités

Des connaissances sans cesse à jour

Si les outils du développeur s’améliorent considérablement, ils deviennent aussi de plus en plus complexes. D’où la nécessité de se tenir à jour en matière de méthodes, de normes, de procédures de sécurité et d’outils de développement. Il faut aussi être à l’aise avec les langages de programmation (Java, J2EE, .Net, PHP, C++…) et le triplet HTML/CSS/Javascript utilisé par les services web ou les serveurs d’application. Dans le multimédia, des compétences spécifiques sont requises. Bien connaître l’anglais est indispensable, de nombreux programmes utilisant cette langue.

Rigueur et autonomie

Doté de qualités relationnelles, le développeur informatique doit bien connaître les clients pour lesquels il travaille et prendre leurs remarques en considération. Disponible, il s’adapte rapidement à des situations nouvelles. Rigoureux et méthodique, il manifeste des qualités de concentration et d’imagination pour adapter au mieux ses programmes… Enfin, il sait concevoir des documentations claires pour les utilisateurs.


Insertion sur le marché de l’emploi

Surtout dans les ESN et l’informatique de gestion

La profession offre, pour l’instant, des débouchés limités. Les places à prendre se concentrent le plus souvent dans les ESN (entreprises de services du numérique) de taille moyenne, qui regroupent les éditeurs de logiciels et les sociétés de conseil, et chez les fabricants de logiciels pour l’informatique de gestion ou l’informatique industrielle. Les environnements actuels porteurs : les langages orientés nouvelles technologies, et les développements sur technologies mobiles.

Prime à l’expérience

Les exigences en matière d’expérience professionnelle varient selon les entreprises. Concurrence oblige, celles-ci cherchent à fabriquer des produits toujours plus fiables et privilégient les informaticiens dotés de compétences approfondies. Cependant, des postes restent ouverts aux débutants. Rapidement, ils peuvent même partir pour l’étranger, selon les opportunités.

Évolutions possibles

Le développeur informatique peut devenir chef de projet ou cadre en développement. Le milieu de l’expertise technique lui est aussi accessible en tant qu’administrateur de systèmes, de réseaux ou de bases de données… Autres possibilités : devenir consultant logiciel au sein d’un cabinet ou ingénieur technico-commercial.

Salaire du débutant

2000 à 2500 euros brut par mois.